Toutlemonde.fr


Disposer d’un site propre semble devenir l’apanage de modernisme en matière de communication pour les collectivités territoriales. Dès lors, ces dernières s’obligent à en créer : ainsi avons-nous assisté depuis quelques années à une profusion de sites Internets communaux et intercommunaux.

Alors, en créant celui de notre commune, avons-nous cédé à la mode par pur snobisme ?
Je répondrais à la fois Oui et Non 

OUI dans la mesure où cette nouvelle technologie de l’information et de la communication est largement adoptée par les divers publics et il serait incongru de ne point l’utiliser.

NON car nous ne voudrions pas le réduire, comme le font beaucoup de communes, à un site essentiellement « administratif » (c’est-à-dire une transposition sur le net des services administratifs) mais en faire un outil de communication vivant, en perpétuel mouvement et riche des apports des un(e)s et des autres à titre personnel ou associatif…

Après quelques mois d’essais concluants, le site de la commune de Toutlemonde (http://toutlemonde.fr) prend date officiellement le 29 mai 2010.

On peut noter que, à bien des égards, il est remarquable : très convivial, il offre une arborescence qui permet d’aborder des rubriques diversifiées traitant de la plupart des activités, de la vie de notre commune…

Et potentiellement très intéressante, cette rubrique qui permet à chaque Toutlemondais(e) qui le souhaite de partager son expérience, ses études et ses observations, son savoir-faire avec les autres.
Exemples : un récit de voyage, un conte, un poème, une proposition de devinettes, de mots croisés, d’étude sur les batraciens nocturnes et que sais-je encore !…

Bref, c’est à nous tous de donner à ce site sa singularité, sa vitalité qui lui permettra d’être vraiment différent des autres.

Ayons donc le réflexe de l’alimenter autant que faire se peut en évitant toutefois la polémique tendancieuse qui nuirait à l’esprit pour lequel il a été créé.

Pour finir, je voudrais féliciter la commission  « Communication » pour la mise en place de ce site et remercier plus particulièrement Mademoiselle Lucie ALBERTO qui l’a réalisé et Monsieur Gérard HAMON de sa contribution assidue.

 

Jacques BOU

Bonnes vacances !
TOUTLEMONDE, un écrin de nature entre lacs et forêts
Toutlemonde

1 263 hectares 
1 208 habitants

 
Maire: Mr Jacques BOU

Envoyer_un_Mail
 02 41 55 02 16

toto

 Les évènements d’août 1944


Nous reproduisons ci-dessous un large extrait du registre paroissial rédigé à l’occasion de la pose d’un ex-voto à l’autel de la vierge le 1er octobre 1944 et relatant les faits qui se sont déroulés à Toutlemonde dans la nuit du 7 au 8 août 1944.


"[…] Après quatre années d’occupation qui avaient été sans histoire ici, le lundi 7 août 1944 à 9h20 du soir, le bourg était encerclé par des troupes allemandes cantonnées dans la forêt et pris d’assaut à la surprise générale. Toutes les maisons étaient soigneusement fouillées et les hommes étaient rassemblés à la jonction des routes de Nuaillé et de Chanteloup.

Sans y être forcé et même malgré l’officier allemand, je me suis joins à ces hommes, 70 environ, parmi lesquels de nombreux étrangers, réfugiés ici ou de passage. À la nuit quelques vieillards eurent la permission de rentrer chez eux. Les autres furent conduits à l’école laïque, obligés de s’empiler dans la classe la plus au sud où ils passèrent une nuit pénible, soigneusement gardés par des sentinelles armées jusqu’aux dents.

Prisonniers et otages devant le préau lors de la commémoration de 1984

Nous ignorions complètement les raisons de cette rafle, mais comme nous n’avions fait aucun acte d’hostilité contre les occupants, nous n’étions pas très inquiets et nous espérions être renvoyés au matin après vérification de nos papiers.

Vers 9h le mardi, plusieurs officiers allemands et deux membres de la Gestapo arrivèrent et tout de suite le décor changea. Ce fut une mise en scène faite pour nous effrayer et l’interrogatoire commença dans une autre classe. Nous comprîmes dès lors que la chose était infiniment plus grave que nous le supposions, mais nous ne savions pas encore l’accusation portée contre nous.

Les premiers qui furent interrogés, Monsieur le Maire, un réfugié du Bordage Devise, deux jeunes gens du Bordage sortirent avec des figures décomposées et purent nous faire savoir qu’ils étaient condamnés à être fusillés. L’émotion étreignait tous les cœurs et se peignait sur tous les visages.

À ce moment, on nous fit sortir de la classe et mettre sur deux rangs dans la cour. L’interprète allemand choisit un homme sur six (j’en étais) et les autres retournèrent dans la classe. Ceux qui avaient été désignés comme otages furent conduits dans l’autre cour où l’interprète nous dit : "nous savons qu’à Toutlemonde il y a des dépôts d’armes et des hommes de la résistance. Si dans deux heures nous ne les connaissons pas, vous serez tous fusillés." "Vous pouvez le faire tout de suite, lui dis-je, car je suis certain que vous n’en trouverez pas, puisqu’il n’y en a pas." "Je vois qu’il y en a" me répondit l'Allemand et il nous fit mettre le long du mur, toujours bien gardés par de nombreux soldats.


La liste des otages et prisonniers telle qu'elle a pu être reconstituée

L’accusation était grave et la barbarie de nos occupants ne nous était que trop connue. Les plus optimistes ne pouvaient guère se faire d’illusions, aussi tous se préparaient à paraître devant Dieu. Nous récitions le chapelet à haute voix. Un officier vint nous crier en français de nous taire, qu’il ne voulait pas de ces manifestations, qu’il nous donnerait le temps de nous préparer quand l’interrogatoire serait terminé. Tout cela contribuait à nous effrayer. Et quelle humiliation d’être au mur comme un enfant puni ! Quelle peine à la pensée de la désolation de la paroisse après ce massacre de 17 hommes, dont Firmin Auger, père de dix enfants, etc. ! Quelles souffrances de toutes sortes !

Enfin, au bout d’une demie heure de cette torture morale, nous fûmes relâchés sans savoir pourquoi. Il était midi. Je suis parti dire ma messe, à laquelle toute la population du bourg assista et beaucoup, même parmi les hommes, pleuraient. Cette affaire produisit une très vive impression dans la région.

Nous avons appris par la suite que le lundi 7 août, vers 7h du soir, une auto, transportant des armes de Somloire à Cholet, avait été capturée par les Allemands entre Chanteloup et Toutlemonde et qu’un des occupants de cette voiture, qui d’ailleurs fut massacré sauvagement, avait répondu à cette question "pour qui sont ces armes ?" "pour tout le monde". […]"

Ont signé : abbé Drilleau, MM. Cesbron, Belouard, Mercier, Besson, Terrier

Le monument commémoratif à la ferme de La Boulaye, sur la route de Toutlemonde à Chanteloup, où la voiture transportant les armes fut interceptée et où Michel Créac'h fut sauvagement assassiné.

La plaque souvenir sur le monument

 

«    août    »
LMMJVSD
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627

le 28 août 2017 à Toutlemonde



  • Permanence CHOLETBUS de 11h30 à 12h30 à la mairie pour retirer les cartes d'abonnement

28
293031
Davantage de massifs fleuris ?
Oui
Non
Ne sait pas

Dernier message:
le 10-02-2017 à 15h01

Discussion: drole ca